Jamais la société n’a vécu une telle expérience que celle que nous vivons aujourd‘hui…en moins d’un an, la quasi-totalité de la planète a été contrainte de vivre confinée à plusieurs reprises. Même si les conditions de vie sont différentes aujourd’hui, le couvre-feu, le télétravail ou encore le confinement localisé nous amènent encore à passer la majeure partie de notre temps à l’intérieur de notre maison. Rien de bien désagréable au regard de situations beaucoup plus dramatiques me direz-vous. Notre foyer, cher à nos cœurs est le garant de notre sécurité ; on s’y sent bien à l’abri du danger…mais si finalement le danger auquel nous cherchons tant à échapper à l’extérieur s’était invité sous une forme différente mais toute aussi dangereuse à l’intérieur de nos maisons ?

Selon les études publiées par l'Institut américain Health Effects Institute* ou encore le constat posé par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), la pollution intérieure est bien pire que celle qui se trouve à l’extérieur. En 2016 elle aurait été responsable de plus de 2,6 millions de morts dans le monde, la plaçant au 8ème rang des causes de mortalité mondiale.

Nous allons nous employer dans cet article à vous présenter les causes et conséquences de la pollution intérieure mais surtout les moyens de la réduire. Vous pourrez découvrir les gestes basiques à effectuer et les différents moyens qui vous aideront à rendre, à votre maison, sa quiétude, son confort et son équilibre.

Polluants intérieurs, quels types, causes et impacts sur notre santé ?

Alors que nous passons près de 80% de notre temps à l’intérieur des bâtiments, que ce soit notre maison ou notre bureau, il est important de savoir que l’air qu’on y respire est près de 8 fois plus pollué qu’à l’extérieur. Les causes de pollution intérieure sont nombreuses et diverses :
  • Les chauffages par combustion > à savoir les chauffages qui utilisent le bois, le fioul ou le gaz. Ils représentent plus de la moitié des chauffages français ce qui fait d’eux la première source de pollution intérieure. La cause est l’émission de monoxyde de carbone et de particules fines responsables de près de 4000 intoxications par an et de graves répercussions sur le plan cardio vasculaire et respiratoire.
  • Les appareils ménagers > comme le four ou le grille-pain mais la cuisine en général qui émet des particules fines de Co2 (dioxyde de carbone) et de COV (composés organiques volatiles). Ils peuvent être responsables de différents symptômes, allant de la simple gêne olfactive aux irritations jusqu’à entraîner une diminution des capacités respiratoires ou des cancers.
  • Le ménage > alors qu’il a pour but de nous aider à assainir notre intérieur, le ménage peut s’avérer être source de pollution selon les produits ménagers utilisés. La plupart d’entre eux contiennent des substances toxiques néfastes. Les décapants, produits corrosifs pour la douches, les désodorisants, bougies, encens et autres sprays sensés nous débarrasser des odeurs de cuisine ou d’animaux ne font en fait que les masquer. Dans ce dernier cas, le procédé utilisé agit tel un artifice qui, au final, anesthésie et endommage les nerfs olfactifs. Ils sont la cause de certains cancers du sein et d’une augmentation de l’asthme dans 30 à 50% des cas.
utilisation désodorisant
  • Le bricolage > activité très prisée des français au cours de laquelle nous sommes amenés à nous servir de produits tels que les vernis, peinture ou autre solvants. La plupart sont composés de COV (comme le butane, l’acétone, le formaldéhyde ou le benzène) responsables de leucémies, d’atteintes hépatiques ou nerveuses entre autres.
  • Le mobilier « Les meubles en contreplaqué et aggloméré vont émettre pendant des années du formaldéhyde, une substance irritante pour les muqueuses des voies respiratoires et des yeux, et classée comme cancérigène certain par le CIRC », explique Laurent Héritier, conseiller habitat et santé.
  • La cigarette > présente des concentrations élevées de composés toxiques et reste une des première cause de décès chaque année.
  • Les pesticides et les insecticides > bien que responsables d’une bonne partie de la pollution atmosphérique, ils ne font l’objet d’aucun plan de surveillance au niveau national.
  • Le pollen, les acariens et la poussière > les acariens possèdent une capacité allergisante importante. Leur dégradation à l’intérieur de la maison se mélange à la poussière présente et les allergènes se répandent ainsi plus facilement à l’intérieur de la maison.
  • L’humidité > un taux d’humidité trop important va favoriser la dispersion de COV issus de la dégradation de certains matériaux. Elle va également accélérer l’apparition de champignons et de moisissures responsables d'allergies, d'asthme, de toux, de maladies respiratoires et d'infections pulmonaires.

Polluants intérieurs, quelle conduite adopter pour les combattre ?

Afin d’adopter les bons gestes et les bonnes habitudes, il est important de procéder à un check-up complet de votre intérieur et repérer les sources de pollution intérieure, néfastes pour votre santé et celle de vos proches.

  • Pour contrer les risques d’émanation de monoxyde de carbone et de particules fines, il vous appartient de réaliser une vérification régulière de vos radiateurs. Un chauffage bien entretenu fonctionnera mieux et ne rejettera que peu de polluants dans votre environnement.
  • Pensez à aérer toutes les pièces de votre maison matin et soir pendant 10 à 15 minutes. Vous ferez baisser non seulement le taux de dioxyde de carbone accumulé dans la chambre pendant la nuit mais vous faciliterez également l’élimination des particules fines comme les COV présents dans l’air surtout après avoir cuisiné.
  • Faites le ménage régulièrement et passez l’aspirateur au moins deux fois par semaine pour vous débarrasser des poussières, allergènes et acariens. Privilégiez les produits d’entretien plus naturels comme le savon noir, le vinaigre blanc ou encore le bicarbonate de soude.
fenêtre respiration
  • Pour les bricoleurs, nous conseillons d’attendre que les températures extérieures soient plus clémentes avant de démarrer vos travaux. Vous pourrez ainsi travailler les fenêtres ouvertes pour aider à vous débarrassez plus facilement des odeurs et des COV émanant des solvants organiques qui composent les peintures entre autres.
  • Choisissez des meubles issus de la filière française, estampillés « NF environnement et NF ameublement » car l’industrie française prend un soin particulier à utiliser des colles et des produits de finition à base d’eau et évite le recours aux phtalates.
  • Bien évidemment si l’arrêt du tabac n’est pas à l’ordre du jour, nous vous invitons à fumer à l’extérieur de la maison.
  • Préférez l’utilisation de diffuseur d’huiles essentielles aux bougies parfumées, encens et autre désodorisants. Leurs bienfaits ne sont plus à démontrer mais les huiles essentielles restent toutefois à utiliser avec parcimonie.
  • Procédez à un contrôle du taux d’humidité à l’intérieur de votre maison grâce à un hygromètre, le taux idéal se situant entre 40 et 55%. En cas d’une trop grande humidité, vous pouvez commencer par diminuer les sources d’humidité telles que le linge que vous pouvez faire sécher à l’extérieur ou dans une pièce ventilée. En dernier recours, vous pouvez acquérir un absorbeur d’humidité dont l’efficacité n’est plus à prouver.

Si par contre, le taux d’humidité n’est pas optimal, vous pouvez vous équiper d’un humidificateur d’air. Il en existe de toutes sortes, de toutes formes à des prix abordables.

  • Enfin, vous pouvez faire le choix d’investir dans un purificateur d’air. Très efficaces, leur prix n’est pas encore à la portée de toutes les bourses.

Lorsque nous avons fait des recherches pour écrire cet article nous avons été effarés voire effrayés de découvrir à quel point notre foyer que nous pensions un nid douillet où rien ne pouvait nous arriver était peut-être au contraire, un adversaire invisible que nous devions combattre. Nous tenions à vous présenter une liste malheureusement, non exhaustive des ennemis de l’air intérieur, leurs causes et leurs conséquences. Nous espérons que vous en savez maintenant suffisamment pour prendre les choses en main à votre tour pour assainir votre maison.

A lire également

Sport et pollution... quels dangers?
Sommaire : 1 - Quels sont les retentissements de la pollution atmosphérique sur la santé ?  2 - Quelles sont...
Humidificateurs et diffuseurs d’huiles essentielles
Sommaire : 1 - Qu’est-ce qu’un humidificateur d’air ? 2 - Dans quels cas les utiliser ? 3 - Quels sont...

NEWSLETTER

Pour être informé de notre actualité et de nos bonnes affaires.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information CONTROLEO2

Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Suivez nous